08.03.2012

Matière à réfléchir

À l’occasion d’un récent voyage en train, j’ai « hérité » un quotidien de qualité de la personne qui avait occupé le siège avant moi. Après avoir lu quelques articles intéressants, entre autres sur la tournée de l’orchestre philharmonique de Berlin en Asie et la tendance que semblent manifester les femmes célibataires à emprunter le mari de leurs meilleures amies pour effectuer différentes tâches ménagères (article que l’auteur conclut en se demandant pourquoi les amis célibataires de son mari n’ont jamais demandé à l’« emprunter », elle), je parcourais le reste de la page lorsque mon regard fut attiré par un petit article relatant le don d’une collection de hamburgers à un musée. Relecteur de métier, je suis toujours à l’affût de toute information nouvelle ou inhabituelle. Rien d’étrange donc à ce que le don de plus de 30 000 objets m’ait étonné. Mon imagination s’est aussitôt mise au travail : combien de sortes de hamburgers, de cheeseburgers, de burgers au poisson, de burgers végétariens, de cornichons, d’assaisonnements, de petits pains et d’autres ingrédients avaient bien pu être collectés pour rassembler une telle collection ? C’est peut-être le souvenir d’un petit boulot d’été dans un « McDo » rue de Rivoli, à Paris, dans les années 80, qui a aiguisé mon intérêt : quels objets aurais-je bien pu collectionner ? Susciteraient-ils vraiment l’intérêt au point de justifier le prix d’un billet d’entrée pour avoir le privilège de les admirer ? Fidèle à mon habitude de relecteur, étant confronté à un passage sortant de l’ordinaire, j’ai relu le texte afin de vérifier que rien ne m’avait échappé. Bien m’en a pris, car l’article traitait en fait d’un collectionneur de Hambourg qui s’apprêtait à faire don d’une collection exceptionnelle d’objets égyptiens à un musée. Il y en avait effectivement 30 000, et il était bien question de la ville de Hambourg et d’une collection. Toutefois, dans ma précipitation, je n’avais pas vu le tiret qui reliait, en allemand, les mots « Hamburger » (de/issu de Hambourg) et « Sammlung » (collection). Ce qui me rappelle d’autres malentendus linguistiques amusants ayant trait à la nourriture. Mais je vous en dirai plus une prochaine fois.