29.03.2016
EVS Translations Bollywood  XS

Bollywood – Mot du jour

Ce mélange éblouissant de drame, d’action, de danse et de romance dans un cadre haut en couleur et sur fond de musique entraînante domine l’industrie du cinéma indien.

Beaucoup de spectateurs pensent que tous les films indiens sont des produits de Bollywood (de la même manière que le cinéma américain est souvent qualifié d’hollywoodien), alors qu’en fait le terme Bollywood désigne uniquement les films produits par l’industrie du cinéma basée à Mumbai, réalisés en langue hindie et caractérisés par la présence de séquences chantées et dansées sur fond de comédie musicale. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’industrie du cinéma de Bollywood ne représente que 20 % de la production cinématographique totale de l’Inde.

L’étymologie du mot Bollywood est claire comme de l’eau de roche : il est composé du mot Hollywood, le cœur du cinéma américain, et du « B » de Bombay (aujourd’hui Mumbai).

Le même modèle avait été utilisé en 1932 pour créer le mot-valise Tollywood pour désigner l’industrie du cinéma bengali basée à Tollygung, qui était alors le cœur du cinéma bangali.

Le mot Bollywood a été inventé dans les années 1970, alors que l’histoire de l’industrie du cinéma de Bombay est aussi vieille que celle de l’industrie cinématographique du reste du monde.

Les Frères Lumières ont introduit l’art du cinéma dans l’Inde coloniale en 1896 et Bombay fut bien évidemment la première ville indienne à projeter des courts-métrages. Le premier long-métrage indien sortit en 1913. La production passa ensuite de 20 films au cours des cinq années suivantes à 200 en 1930.

La lutte de l’Inde pour son indépendance mena à l’âge d’or de Bollywood, les années 1950 et 1960, qui cédèrent la place à la quintessence de Bollywood, le cinéma Masala des années 1970. Aujourd’hui, Bollywood a conquis le monde, mais est menacé par la « Bollywood-isation » de la Chine.

Comme nous l’avons déjà dit, le mot-valise Bollywood a été inventé dans les années 1970 par le chroniqueur d’un magazine, alors que l’Inde était devenue le plus grand producteur de films, devant les États-Unis. L’identité de son créateur n’a pas été confirmée, mais beaucoup pensent qu’il s’agit de Bevinda Collaco, auteur de chroniques people sous des noms d’emprunt pour le magazine Cineblitz, qui affirma avoir été la première à utiliser le mot Bollywood en 1976.

Ce mot est apparu par écrit pour la première fois en 1977 dans une série de romans policiers de Keating, Inspector Ghote, qui narrent les aventures d’un détective de la police de Bombay : « Soon after she had given up the role of Rani Maqbet she left Ravi Kumar to go to Dhartiraj. My revelation she had done that was the greatest sensation ever to come out of Bollywood. » (« Peu après avoir abandonné le rôle de Rani Maqbet, elle quitta Ravi Kumar pour Dhartiraj. Cet acte fut la plus grande sensation de l’histoire de Bollywood. »)

À titre de comparaison le mot Hollywood fut mentionné pour la première fois dans l’édition de juin 1922 du magazine Cosmopolitan : « Beauty is the cheapest coinage in Hollywood » (« la beauté est ce qui se monnaye le moins cher à Hollywood »).

Et tandis qu’Hollywood est synonyme de beauté et de gloire, le mot Bollywood résume le cinéma indien populaire traditionnel : mélodramatique et haut en couleurs.